Le slowpreneuriat et la vibration de ton business

On parle de plus en plus de communication responsable aujourd’hui. Dans responsable, il y a la dimension écologique, mais également sociétal. Au delà de l’inclusion, qui a toute sa place dans la slow communication, nous devons prendre en compte l’impact de nos contenus sur la vie des gens. Et cela inclus leur temps d’écran.

Comment incarner le slowpreneuriat grâce une communication alignée avec tes valeurs et la vibration de ton business ?

Dans cet article, je te fais part de ma réflexion sur l’importance de déployer une signature vibratoire cohérente et consistante dans ton business, afin d’incarner ta vision du monde dans ta communication et d’attirer plus de synchronicités et de la fluidité dans ta vie personnelle et professionnelle.

Le slowpreneur et l’alignement business

La notion d’alignement est un peu devenue une tarte à la crème des coachs en business, mais pour un pour un slowpreneur, c’est un pilier non négociable de la joie et la satisfaction que tu mérites de ressentir chaque jour.

Tu as sûrement déjà entendu dire et ressentir que ton entreprise est le prolongement de ton être. Que tes expériences, tes apprentissages, tes prises de consciences et tes rencontres, te font évoluer constamment et que tu ne cesses de te transformer… et ton entreprise avec toi.

Ce qui fait que ta clientèle idéale, tes offres, ton pitch, ton site web, tes réseaux sociaux ont et tes stratégies marketing ont besoin eux aussi d’être régulièrement ré-alignés. Rien n’est immuable, mais avoir acquis une méthode, comme celle que je te transmet dans mes accompagnements pour (re)travailler cet alignement te fais gagner du temps.

Ce que j’aime avec le slowpreneuriat, c’est que nous incarnons un nouveau leadership et que nous avons la capacité de changer le monde avec nos entreprises. Avec de grandes ambitions viennent de grandes responsabilités: nous devons être cohérents et alignés.

Il ne s’agit pas d’être un passager dans nos entreprises, mais bien un pilote. De prendre des décisions conscientes, engagées et congruentes avec nous et nos valeurs.

  • T’es tu déjà demandé si tes valeurs, ta mission, ta communication et tes actions étaient cohérentes? 
  • Ce qui te motive pour tes clients? Est-ce que tu veux améliorer leur statut, la richesse, leur santé, leur relation, leur joie, leur impact?
  • Quelle énergie invisible se dégage de ton business, comment elle impacte tes clients?
  • Comment peux-tu influencer cette énergie en transformant la densité de ce que tu partages?

Moi ce qui me motive pour mes clients entrepreneurs, c’est qu’il change le monde sans se cramer les ailes. Par ça j’entends, sans passer par la case burn out, cancer et divorce, les 3 fléaux de l’entrepreneur qui sacrifie sa vie pour son business. 

En tant qu’ambassadrice du slowpreneuriat, webmarketeur et géobiologue en herbes, j’ai toujours eu une relation ambivalente avec internet, à mon temps d’écran et à celui que mes choix stratégiques imposent aux autres. Parce qu’il nourrit ces 3 fléaux justement.

Sacrifier le sens au Dieu Algorithme tout puissant?

Nous vivons dans un monde d’infobésité. Les boites mails croulent. Les réseaux sociaux sont comme des trous noirs spatio-temporels qui absorbent une partie de nos vies. Quand je vois la tonne de contenu, de post, de stories, de reels et de podcasts que produisent mes consoeurs qui comme moi font la promotion slowpreneuriat je m’interroge. 

Comment trouver un juste milieu entre produire du contenu de valeur pour inspirer et soutenir le parcours slowpreneurial de ceux qui souhaitent entreprendre autrement, sans collaborer à alimenter le temps d’écran de nos audiences épuisées par cette sur-connexion permanente?

Avant de m’introduire dans la boite mail déjà très remplie de ma communauté ou dans son fil Instagram ou Facebook, je réfléchis. J’ai beaucoup procrastiné sur le sujet et ai laissé passer de nombreuses occasions de communication, mais j’essaye d’être en paix et alignée avec cela.

J’essaye de rester cohérente. Etre Slowpreneure implique d’expérimenter une autre façon de communiquer, de ne pas uniquement penser référencement et algorithme. De simplifier pour amplifier. Et de faire sens pour ne pas transformer ces fabuleux outils de connexion en fourre-tout.

  • Suivre des centaines voir des milliers de comptes sur Instagram, est-ce viable et utile ?
  • Créer des stories et des reels, qui favorisent le zaping, le voyeurisme et la comparaison toxique, est-ce réellement cohérent avec le slowpreneuriat ?
Ce sont des questions que chaque slowpreneur.e devrait pendre le temps de se poser selon moi. En fonction de nos intentions, nos réponses divergeront peut être et c’est bien aussi.

Pour moi et mon audience, j’ambitionne une relation intentionnelle avec les écrans. Une hygiène électromagnétique et une consommation numérique responsable pour que nous soyons joyeux et légers, et non plus stressés et fatigués par l’utilisation de nos écrans.

Après des années de contorsionnisme à rechigner à appliquer les modèles et les stratégies qui marchaient pour les autres,  j’ai enfin décidé de m’écouter. De dire ce que j’avais à dire, à la fréquence qui me convient, parce que je suis persuadée que pouvons tous contribuer à une vision du monde plus épanouissante par nos différences, nos potentiels respectifs et nos unicités, sans sacrifier la pertinence de nos contenus sur l’autel d’un Dieu Algorithme tout puissant.

Avant de poster quelque chose, je réfléchis à la vibration que je souhaites partager.

On ne parle pas de l’invisible dans les Business School

A ma connaissance, aucun modèle marketing académique ne mentionne l’esprit de nos business. Le branding reste toujours assez tangible, on y parle de logo, de ton of voice, de valeurs, de mission. Mais pas de vibration, ni de l’énergie de nos business.

La relation à une entreprise reste très intellectuelle alors que ce qui attire nos clients, ce qui  attise notre feu sacré, va au-delà de cela et s’étend à l’univers du sensible.

Chaque entreprise a sa propre énergie invisible, au-delà de son incarnation physique. J’aime à penser que les âmes de nos entreprises nous choisissent pour co-créer avec elles une contribution pour nous, nos clients et pour le monde. Makenzie Marzluff, en parle très bien dans How to lead a badass business form your heart, que je te recommande.

Le changement de paradigme

Ces dernières années, les appels à un changement de paradigme se sont multipliés. 

La transition collective que nous traversons se manifeste avant tout dans nos transitions professionnelles, ce n’est donc pas étonnant que l’on parle de plus en plus de slowpreneuriat (ou slow entrepreneuriat), d’entrepreneurs du nouveau monde, de leadership conscient, d’entrepreneurs intuitifs et de leaders sensibles.

Etre Slowpreneur, c’est  contribuer au monde sans cramer ni tes ailes ni la planète et cela passe aussi par incarner et vibrer sa propre couleur. Reconnaître son unicité pour se dégager des injonctions de l’entrepreneuriat conventionnels qui ne sont pas les nôtres et qui nous briment, qui limitent l’expression pleine et entière de tous nos talents.

Etre Slowpreneur, c’est également prendre en compte que nos potentialités et nos impacts sont multiples : personnels, professionnelles et même quantiques. C’est donc une responsabilité bien large que ne le laisse penser ceux qui réduisent le slowpreneuriat à une croissance douce et au selfcare.

Pour beaucoup, ce changement de paradigme est déstabilisant, parce qu’on nous a appris à taire ce qui est facile et fluide pour nous (« il faut en chier pour gagner de l’argent… »). Et le leadership dominant est très yang, dans l’action, l’intellect… très peu dans le sensible, l’invisible.

Avec l’émergence du slowpreneuriat, nous sommes chaque jour plus nombreux à chercher à transformer nos activités pour plus d’impact et moins de labeur, à automatiser nos processus, à prendre des décisions plus efficacement, à trouver plus de sens et de liberté dans nos entreprises (c’est d’ailleurs le sens de mes accompagnements Fundamento). Mais aussi à chercher  nous relier et à entrer en résonance en utilisant des outils intuitifs, énergétiques, rationnels ou quantiques.

Entreprendre en conscience, c’est gérer son business à partir d’une meilleure connaissance de soi, de ses peurs, de ses croyances limitantes…. et prendre des décisions qui font sens et qui vibrent en cohérence avec notre vision du slowpreneuriat. 

Communiquer avec l'énergie du coeur

Chacun de nos actes, chacun de nos contenus papier et web, a une dimension rationnelle, éthique, intuitive et vibratoire. Devenir un leader conscient implique de mettre de la conscience sur ce que l’on souhaite créer avec son entreprise. Au-delà de sa mission. Gratter un peu plus profondément.

 

Alors comment avoir plus d’impact sur la dimension vibratoire de nos actes de slowpreneurs?  Commencer par décider des qualités que l’on veut renforcer et développer en soi et dans sa vie me semble un bon point de départ. Je suis une, sans masque ni costume, je ne distingue donc pas ma vie pro et ma vie personnelle dans cette réflexion.

Travailler sur soi est un shadow work qui ne se voit pas immédiatement. Cela demande de créer de l’espace pour s’observer, reconnaître ses qualités naturelles, ses forces et ses zones d’ombres aussi. Mais oser être soi permet de révéler sa puissance. C’est pour cela que mes accompagnements au Slowpreneuriat commencent par un travail sur d’exploration et d’alignement qui inclut le Human Design, comme outil de connaissance de soi.

Un travail qui agit sur notre propre structure interne, notre psychisme, nos croyances limitantes, notre force de caractère, notre alignement. C’est un dialogue intérieur un peu envahissant, surtout qu’une fois commencé il mouline comme un programme dans ta tête, même dans les temps de la vie courante.

Faire ce travail pour moi-même m’a sensibilisé à l’importance d’enraciner mon entreprise et ma communication dans l’énergie du cœur, celle qui crée de l’émotion, de la vibration et qui nous donne la direction à prendre.

Tout est vibration ton business aussi

En tant que Slowpreneure, j’ai ma manière unique d’amener les coachs, thérapeutes, consultants et les web entrepreneurs et au slowpreneuriat. Ma manière unique d’inspirer ma communauté et mes clients.  L’amour, la gratitude, la créativité, la joie et le calme sont les qualités de la signature vibratoire que j’ai choisie pour ma vie, mon business et ma contribution au monde.

En 2012, lors d’une retraite de yoga,  j’ai découvert les travaux de Dr. Masaru Emoto sur les messages cachés de l’eau. Emoto est le fondateur du hado, un concept holistique, philosophique et énergétique, basé sur l’étude des vibrations. Ses travaux ont permis de visualiser les effets de différentes énergies sur l’eau, comme celle des rayonnements électromagnétiques, de la musique, des mots, des formes et des pensées ! 

La technique du Dr Emoto consiste à faire geler de l’eau et à étudier la structure géométrique des cristaux de glace. Les pollutions chimiques, électromagnétiques, nos pensées, nos pensées, nos émotions et nos paroles influencent la structure de l’eau. Ses expériences démontrent que la vibration de mots ou de pensées positives ont un effet bénéfique sur notre monde, alors que celle de mots ou de pensées négatives ont un pouvoir de destruction. Il en est de même sur notre corps composé à 70% d’eau.

Via cette expérience, Emoto démontre que l’eau qui véhicule la vibration naturelle des mots “amour et gratitude”, peut aider à accueillir le changement et à vivre d’une manière plus positive et heureuse. En rentrant de la retraite de yoga, j’ai collé un papier mentionnant “amour et gratitude” sur ma TV et mon ordinateur… je ne doutais pas un instant que les ondes des téléphones portables, des antennes relais et de la wifi agissent de même sur les 70 % d’eau qui composent notre corps (ce qui m’a été confirmé par la suite quand j’ai entrepris ma formation en géobiologie).

Le mantra “amour et gratitude” appliqué à mon activité

Je me suis ensuite demandé si et comment je pouvais utiliser cette formule pour protéger ceux qui comme moi passent du temps face à leurs écrans, notamment mes clients slowpreneurs. 

Puisque l’eau absorbe les vibrations des mots et des pensées, j’ai décidé de partager régulièrement le mantra “amour et gratitude” avec ma communauté et mes clients. Ainsi, chacune de mes newsletters et chacun des sites internet que je conçois, portent la mention “avec amour et gratitude”. Ainsi je suis assurée que la personne qui me lis ou qui surfe sur un site que j’ai conçu reçoit également la vibration des mots amour et gratitude. 

Bizarrement, j’ai mis cela en place depuis longtemps, mais n’ai jamais pris le temps de m’exprimer sur le sujet. Comme la question de la vibration invisible qui émane de nos communications est revenue me titiller par trois  fois la même semaine récemment, j’ai pris cela comme une invitation à t’en parler. Je vois régulièrement passer les hashtags #slowcommunication et #slowmarketing, mais au delà d’un simple hahstag, rien qui ne se différencie encore vraiment de la soupe marketing habituelle. Nous les marketers, les slowpreneurs, les leaders sensibles, il est temps de changer les codes pour que ces concepts ne restent pas des hastags.

Nous ne voulons plus être complices d’un marketing qui fait mal (malketing?), qui jour sur la notion de peur et de manque et qui nous sature de contenu et de fausses promesses. Nous voulons simplifier pour amplifier. Communiquer sans ajouter au bruit ambiant qui encombre nos pensées et fait tourner notre esprit à vide.

Nous sommes convaincus de la force des messages simples, sincères et positifs, des messages authentiques, engagés, porteurs de sens. Il est temps de passer à une communication et un marketing qui relient.
De passer d’un marketing de l’égo qui divise/complique/deconnecte, à un marketing de  l’éco qui relie /simplifie/ reconnecte au monde De faire du marketing sans vendre son âme au diable.

Pour commencer, posons nos intentions et restons cohérents, avec elles, avec nos valeurs. Personnellement je choisis la simplicité sereine, la voie de l’écologie spirituelle chère à Satish Kumar qui m’inspire beaucoup depuis des années. Mon intention est d’infuser des vibrations d’amour, de gratitude, de créativité, de joie et de calme dans ma vie et dans toutes mes activités.

Et toi? Quelles vibrations choisis-tu pour ton business et ta  vie? Dis-le moi en commentaire!

ça t'a été utile? partage cet article?
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email
A propos de l'auteur

Emilie Grau

J’accompagne depuis 8 ans la stratégie digitale des Change Makers. Parce que le Time Machisme et la Digital Addiction font des ravages sur la santé et les relations des entrepreneurs, il est temps de montrer la voie d’une nouvelle façon d’entreprendre : le Slowprenariat.